COMMUNIQUES INTERSYNDICAUX : UN REJET UNIVERSEL DE LA REFORME DES RETRAITES !

La réforme de retraite universel par points, c’est 40% de retraite en moins en échange d’un plat de lentilles et l’augmentation du temps de travail en prime pour les enseignants, voir « scenarii » en pièce jointe ci-dessous.

Largement majoritaire et de plus en plus confortée, l’intersyndicale CFE-CGC ; CGT ; FO ; F.S.U ;SOLIDAIRES ; FIDL ; MNL ; UNEF ; UNL renouvelle son exigence du retrait du projet de réforme des retraites. Le rejet de ce texte est grandissant :

Obligations de service et « missions » des enseignants : des pistes de travail inquiétantes dans le cadre de la prétendue «revalorisation » !

Dans le cadre de la « revalorisation » annoncée par le ministre Blanquer, le SNUDI-FO a participé jeudi 23 janvier au groupe de travail ministériel relatif à «l’examen des missions des enseignants prévues par les textes (décret du 30 juillet 2008), dans le but d’objectiver les missions visibles et invisibles, notamment en matière de suivis individualisés des élèves, de la relation aux familles et de la continuité du service public. ». La FNEC-FP FO avait, en vain, demandé le report de cette réunion.

Pour le SNUDI-FO, cette « revalorisation » n’est qu’un jeu de dupes. Le Conseil d’Etat vient d’ailleurs d’émettre un avis négatif sur le projet ministériel : « Sauf à être regardées, par leur imprécision, comme dépourvues de toute valeur normative, ces dispositions constituent une injonction au Gouvernement de déposer un projet de loi et sont ainsi contraires à la Constitution »

Direction d’école : le ministère ne répond pas aux revendications urgentes des personnels…

Le mardi 28 janvier, le SNUDI-FO a participé au groupe de travail sur la «direction d’école » au ministère, faisant suite au bilan du questionnaire envoyé aux directeurs d’école au mois de novembre dernier.

En préambule de cette réunion, le SNUDI-FO est intervenu pour dénoncer « l’utilisation par le gouvernement de l’émoi suscité par le suicide de notre collègue Christine Renon dans le but de remettre en place le projet d’un statut de directeur ».

Le SNUDI-FO a tenu à rappeler les revendications urgentes des collègues qui devraient être la préoccupation du ministère, à savoir :
« - l’augmentation du temps de décharge,

  • la création d’une aide administrative,
  • une réelle revalorisation indiciaire,
  • une très grande diminution, et non une « simplification » de leurs tâches. »

Préparation de la rentrée 2020 coup de grâce sur les SEGPA :

Les élèves de ces sections doivent désormais être considérés comme des élèves ordinaires …

La semaine dernière, dans le cadre de la répartition dans le second degré de la DGH, les collègues des SEGPA ont appris que leur dotation serait amputée de 6h à 12h ! Visiblement ce sont toutes les SEGPA du Tarn qui seraient touchées par cette diminution drastiques d’heures !C’est pourquoi les collègues de SEGPA ont appelé à un rassemblement vendredi 24 janvier devant le collège de Bellevue: une 50aine de collègues soutenus par FO, FSU, CGT et SUD ont répondu présents et se sont alors dirigés vers la DSDEN en cortège demandant à être reçus par le DASEN en urgence.
Une délégation composée de collègues des SEGPA de Bellevue Albi, Jean Jaurès Albi, Camus Gaillac et de Blayes avec un représentant de FO et de la FSU a été reçue par le DASEN. Au cours de cette entrevue, le DASEN confirme cette baisse d’heures décidée par le Recteur: il s’agirait d’appliquer les horaires planchers… Un simple ajustement en tout état de cause! 

Déjà en 2017, les SEGPA avait essuyé une perte d’heures conséquente tendant à mettre en place l’inclusion revendiquée par le Ministère. En cette préparation de la rentrée scolaire 2020, c’est désormais l’application stricte de l’orientation de la loi de l’Ecole de la confiance à savoir le principe du TOUT inclusif !

Les élèves de SEGPA doivent donc être désormais considérés comme des élèves ordinaires…
Dans ces conditions comment maintenir la spécificité des SEGPA?
Comment assurer des conditions d’apprentissages convenables à des élèves déjà en difficultés ? Comment organiser les ateliers ? 
Simple ! répond le DASEN : il faut chercher des innovations pédagogiques et favoriser l’inclusion ! Pour lui les élèves de SEGPA sont des élèves de collège ordinaires, niant ainsi toute spécificité.
Et s’il n’y a plus de spécificité, c’est la fin des SEGPA…
Inclusion, inclusion… Encore une fois, l’inclusion a TOUJOURS été de mise dès lors que l’équipe pédagogique considérait que cela était possible (niveau de l’élève, effectifs dans les classes, moyens à disposition du collège…Mais imposer l’inclusion impliquant dès lors à nier les difficultés des élèves, les effectifs qui explosent dans les classes (32 pour certaines divisions, chiffres que le DASEN ne conteste pas !) n’est ce pas sciemment envoyer les élèves de SEGPA droits dans le mur?
Les enseignants de SEGPA veulent garantir l’essence même de ces sections adaptées ce qui passe par le maintien de leurs heures
pour assurer des conditions d’apprentissage favorables pour tous les élèves que ce soit en collectif ou en atelier !
A noter que l’instance académique (CTA) qui actera de cette décision de suppression d’heures pour les SEGPA se réunit lundi 3 février.Aussi, la FNEC FP FO 81 appelle les collègues des SEGPA à nous faire remonter les conséquences de la dotation sur l’organisation et les apprentissages des élèves.

La FNEC-FP-FO 81 appelle les personnels des SEGPA à multiplier les prises de position
pour réaffirmer leur refus de transformation de la structure SEGPA en dispositif inclusif
qui aboutirait à son extinction pure et simple.
Ces annonces de carte scolaire sont une raison supplémentaire pour tous les personnels de se mobiliser et d’amplifier le mouvement de grève en cours pour le retrait de la réforme des retraites !