Trop, c’est trop ! TOUS au rassemblement mercredi 24 juin après-midi devant le tribunal de Cahors à 15 h !

Mardi,  1500 personnels hospitaliers se sont rassemblés à Albi (plus de 100.000 en France) exprimant leur colère et leurs revendications ! Ils ont raison !

Et dans l’enseignement, n’aurions-nous pas des raisons de nous mobiliser ?

Certes d’un côté, le président a annoncé le retour de tous les élèves à  l’école, mais dès le lendemain, le ministre annonce la mise en place d’un nouveau protocole.

Alors qu’aucune information précise et officielle n’a été donnée aux personnels, plus que jamais livrés à eux-mêmes, le protocole ministériel qui circule aujourd’hui indique notamment : « Dans les écoles élémentaires et les collèges, la distanciation physique d’au moins un mètre s’applique dans les espaces clos (dont la salle de classe) entre l’enseignant et les élèves ainsi qu’entre les élèves quand ils sont côte à côte ou face à face »

Un nouveau casse-tête pour les collègues, et notamment les directeurs ! Comment organiser l’accueil des élèves en respectant ces nouvelles consignes dans des classes souvent exiguës ? Faudrait-il encore trier les élèves au nom de ce nouveau protocole ? Comment l’expliquer aux parents d’élèves ?

Pour répondre à ces problèmes de distanciation, le protocole indique : « L’organisation de la classe à l’air libre est donc encouragée. En outre, si le mobilier des salles de classe ne permet pas de respecter la distanciation physique, tous les espaces de l’établissement peuvent être mobilisés (CDI, salles informatiques…), y compris pour proposer d’autres activités (études, 2S2C). »

Classe en plein air, explosion du groupe-classe, mise en place des 2S2C (activités municipales sur temps scolaire)… le ministre voudrait faire exploser l’école qu’il ne s’y prendrait pas autrement !

Les personnels, sommés d’appliquer un énième protocole tournant le dos aux véritables exigences sanitaires, seraient contraints d’instaurer de nouvelles règles, tout aussi inapplicables que les précédentes et qui n’auraient toujours rien à voir avec l’école !

Pour le SNUDI-FO, cette situation, où le protocole contraint une nouvelle fois les personnels à un positionnement impossible, ne peut plus durer !

Par ailleurs, dans le même temps, les mauvais coups contre l’école et les personnels se multiplient (2S2C, proposition de loi sur la direction d’école, manque de postes, aucune possibilité de vérifier les affectations au mouvement, toujours aucune mesure pour les AESH…)Les personnels hospitaliers, massivement en grève et dans la rue mardi 16 juin, ont montré la voie.

Le SNUDI-FO invite les personnels à participer massivement aux rassemblements et initiatives qui seront organisés mercredi 24 juin pour défendre les revendications: – abandon du projet de loi sur la direction d’école et du dispositif des 2S2C !
– abandon du protocole dit «sanitaire», prétexte pour territorialiser l’école, et la mise en place de véritables garanties sanitaires comme le dépistage systématique !
– arrêt des suppressions de postes, la création des postes nécessaires, la création d’un vrai statut avec un vrai salaire pour les AESH !
– augmentation des salaires et l’augmentation du point d’indice !

TOUS AU RASSEMBLEMENT MERCREDI 24 JUIN au tribunal à 15h !

DEVANT LE TRIBUNAL À CAHORS !

Carte scolaire: Le Recteur propose une dotation de – 5 postes ! INACCEPTABLE !

La seule façon de « changer de logiciel » dans l’Éducation Nationale,
c’est l’augmentation immédiate et significative du nombre de postes !
La tenue des CT « carte scolaire » doit se faire dans un cadre d’annulation de toutes les suppressions de postes !

Nous venons de recevoir les documents préparatoires du CT Académique devant acter lundi 30 mars la répartition de la dotation dans chaque département:
pour le Tarn, le Recteur propose -5 postes !
Nous vous invitons à nous faire rapidement remonter vos dossiers !

Le DASEN a décidé de maintenir le CTSD du 2nd degré qui proposait la fermeture de 15 postes, l’ouverture de 14 postes et une suppression drastique des heures en collège/lycée/SEGPA. Ces conditions de préparation de la rentrée étaient telles que cela avait provoqué la colère des professeurs et enseignants qui s’étaient rassemblés devant la DSDEN et le Rectorat pour dénoncer le manque de moyens et l’impossibilité pour eux d’enseigner correctement.Le CTSD que proposait le DASEN devait se tenir de façon dématérialisée: les organisations syndicales envoyaient déclaration liminaire et questions liées aux dossiers par mail, le DASEN devait y répondre par mail et nous devions ensuite voter par mail.Ni discussion, ni débat possible ! les délégués du personnel devaient se contenter de pouvoir faire des remarques et basta ! FO-FSU-UNSA ont dénoncé cette façon de faire non règlementaire. Elles ont demandé au pire une visioconférence au mieux le report de ce CTSD. En vain…FO s’est adressé ce jour à la Préfète pour lui demander d’intervenir auprès du DASEN afin qu’il respecte la règlementation en vigueur (courrier en pièce jointe).

Nous ne savons pas à l’heure actuelle ce que le DASEN compte faire pour la carte scolaire du 1er degré: passer au-dessus de toute règlementation? En même temps, il pourrait le faire aidé de la nouvelle loi « état d’urgence » qui donne pouvoir à tout Ministère, entreprise, administration de déroger au code du travail et à la règlementation en vigueur !Ce que nous savons c’est qu’il s’est lancé dans la préparation de cette instance ! Ce que nous savons c’est qu’il va fermer plutôt qu’ouvrir !

Pour le SNUDI FO 81, la tenue de ces instances, dans le cadre de la règlementation en vigueur, ne pourra se faire
que dans un cadre où les suppressions de postes seront suspendues.
Nous ne pouvons pas contacter les écoles, les établissements, les services pour connaître les besoins et les revendications.
Il faut suspendre les décisions, en particulier celles qui sont négatives.
FO n’acceptera pas que la crise sanitaire soit un motif pour tout déréglementer.
Les instances consultatives doivent se tenir avant toutes décisions.

Conseils de cycles par secteur

La présence des collègues de GS/CP aux conseils de cycle par secteur de collège n’est pas obligatoire.

Suite aux nombreuses remontées des collègues de la circonscription de Castres au sujet de l’organisation de conseils de cycle par secteur de collège pour les enseignants de GS/CP, le SNUDI FO 81 est intervenu ce jour auprès de Monsieur l’IEN de Castres.

Le SNUDI FO 81 n’a pas remis en question le contenu et l’ambition de Monsieur l’IEN de vouloir apporter via ces conseils de cycle des réponses pédagogiques aux enseignants concernés suite aux évaluations CP… La question était de savoir si la présence des collègues était obligatoire.

Monsieur l’IEN a répondu au SNUDI FO 81 que rien ne le lui interdisait. Certes.
Mais, le SNUDI FO 81 lui a répondu que rien non plus n’obligeait les collègues d’y participer. 

En effet, il ne revient pas à l’IEN de décider à la place du conseil des maitres de l’organisation des heures d’obligations de service. Nous nous sommes appuyés sur la règlementation en vigueur: l’article D321-15 du code de l’Education précise bien que « Lorsqu’une ou plusieurs écoles élémentaires comptent moins de trois classes, il revient à l’IEN (…) d’organiser le travail en équipe et la réflexion des maitres concernés ». Dès lors, pour toutes les autres situations d’écoles, c’est bel et bien le conseil des maitres qui décide de l’organisation des 48 heures de concertation, réunions avec les parents, etc… Tout ce que l’IEN a écrit dans ses nombreuses notes de service au sujet de l’organisation des 48 heures relève de la proposition.

Par ailleurs, aucune modalité de remboursement des frais de déplacement n’est prévue pour que les collègues concernés puissent se rendre à ces réunions.

Ainsi,
il n’y a aucune obligation pour les collègues de GS/CP de participer à ces réunions de cycle par secteur de collège!

Rappelons quand même que tous les enseignants du Tarn et de France se sont mobilisés y compris par la grève pour mettre en échec la loi Blanquer, loi qui voulait imposer les EPSF c’est-à-dire un regroupement des écoles autour d’un secteur de collège. Grâce à la mobilisation importante des enseignants, le Ministre a été obligé de reculer sur cette question.
Pour le SNUDI FO 81, cette proposition de conseils de cycle par secteur de collège rentre dans cette logique de mettre en place un fonctionnement à la EPSF! 
Nous avons gagné par la grève sur ce point, nous devons donc ne pas le laisser se mettre en place d’une façon détournée!

C’est pourquoi le SNUDI FO 81 sera vigilant quant aux consignes de Monsieur l’IEN au sujet de ces réunions.
Vous pouvez compter sur le SNUDI FO 81 pour intervenir auprès de Monsieur l’IEN de Castres si celui ci décidait de mettre une certaine pression sur les collègues concernés et/ou sur les directeurs pour que ces réunions aient lieu.

Pour toute information, n’hésitez surtout pas à vous rapprocher du SNUDI FO 81.